ANNEXE IV - Concepts d'homogénéisation et d'hétérogénéisation :
extraits d'un texte de G. Durand annexé à la deuxième édition des
Structures anthropologiques de l'imaginaire

DE L'UTILISATION EN ARCHETYPOLOGIE
DE LA TERMINOLOGIE DE S. LUPASCO

Nous avons suggéré dans notre Avant-Propos, que l'on pourrait remplacer éventuellement la terminologie que nous utilisions par celle qu'emploie S. LUPASCO et subsituer à "schizomorphe" "hétérogénéisation" et à "mystique" "homogénéisation".

Toutefois il faut bien souligner que ces deux termes peuvent être conçus à deux points de vue diamétralement opposés selon que l'on se place objectivement ou subjectivement par rapport au phénomène mental examiné. Car les structures schizomorphes apparaissent bien comme hétérogénéisantes pour l'observateur qui étudie objectivement l'univers antithétique de la conscience d'un sujet schizomorphe imaginant, mais le sujet schizomorphe lui, par le comportement de refus et de franche diairétique qui lui fait rejeter tout ce qui ne s'intègre pas logiquement dans le champ imaginaire, doit posséder au contraire un sentiment d' homogénéité (autisme, rigidité, rigorisme) où les principes d'exclusion et d'identité s'esquissent en une espèce de logique préréflexive et spontanée. [...]

Il faudrait donc envisager une logique - ou tout au moins une pré-logique ! - non plus à deux catégories : homogénéisation et hétérogénéisation, mais à trois : homogénéité assimilatrice, hétérogénéité ou équilibre antagoniste , enfin homogénéité adaptatrice . Cette pré-logique serait alors très proche du traditionnel Système chinois du Tao, du Yin et du Yang.

Il est bien remarquable que ce soit à une telle logique de première instance, polarisée par trois principes irréductibles, que Stéphane Lupasco, Roger Bastide et moi-même, ainsi qu'Yves Durand [1], sommes parvenus par des voies très différentes, et à peu près à la même époque. Dans son petit livre de 1960, Les trois matières , Lupasco fait déboucher la réflexion épistémologique du physicien sur trois systèmes - eux-mêmes "systèmes de systèmes" puisqu'un système est défini par l'antagonisme de systèmes primaires - les deux plus extrêmes étant régis par l'actualisation, l'un du Principe d'homogénéité, l'autre du Principe d'hétérogénéité, tandis que le troisième système résulte de l'antagonisme de ces deux principes contradictoires, équilibrés par une respective potentialisation.

Quelques années plus tôt, par un tout autre cheminement, Roger Bastide, décelait dans la pensée et le comportement afro-brésilien, trois principes irréductibles : " Le Principe de Coupure " très proche de ce que nous avons nommé schizomorphie ou diairétique, le " Principe de Correspondance (ou d'Analogie)".

Ces trois principes, chez Bastide, chez Lupasco comme chez nous-même, sous-tendent toujours un système de pensée ou d'énergie, mais nous avons essayé de montrer dans ce livre que le sémantisme des images est symptomatique du privilège d'un principe directeur et de l'état d'actualisation ou de potentialisation des polarités dialectiques mises en cause.


[1] Cf. Yves Durand, op. cit. , S. Lupasco, Les trois matières , Julliard, 1960. R. Bastide, Les principe de coupure et le comportement afro-brésilien (Anais do XXXIe Congr. intern. de Americanistas. Sao Paulo, 1955).


[Annexe I]   [Annexe II]   [Annexe III]   [retour au texte]  

Bulletin Interactif du Centre International de Recherches et Études transdisciplinaires n° 13 - Mai 1998



Centre International de Recherches et études Transdisciplinaires
http://www.ciret-transdisciplinarity.org/bulletin/b13c3a4.php - Dernière mise à jour : Saturday, 20 October 2012 11:54:56